Accueil > Le Musée > Artiste en résidence 
Manuela Marques © Simon Thiébaut

Manuela Marques
en résidence au Musée de Lodève, 2015-2016

Manuela Marques est photographe et vidéaste.

Le Musée de Lodève lui a demandé de travailler sur la notion de trace et d'empreinte pour mettre en regard les collections du musée avec le territoire sur lequel elles ont été prélevées.

Une résidence au cœur du projet scientifique et culturel du Musée de Lodève

Le Projet scientifique et culturel du Musée de Lodève crée un lien entre les trois collections très différentes du musée : les Sciences de la Terre, l'Archéologie et un important Fonds d'atelier d'un sculpteur natif de Lodève, Paul Dardé (1888-1963).

Entre ces trois collections, essentiellement prélevées sur le sol du territoire lodévois et Larzac, un fil rouge thématique a ainsi été introduit, centré autour des notions de traces et d'empreintes.

La création contemporaine a été inscrite volontairement dans ce projet, dans l'objectif de ne pas figer la question des transformations opérées par des phénomènes naturels ou par l'homme dans une histoire passée, mais au contraire, avec la volonté d'inviter régulièrement des artistes à interroger ces questions.

La résidence de Manuela Marques est la première proposée par le Musée dans le cadre de son projet scientifique et culturel. Elle se déroule sur deux ans : 2015 et 2016.

Manuela Marques, Sans titre, 2015. Image réalisée durant la résidence de l'été 2015, site de Cantercel © Manuela Marques
Manuela Marques, Sans titre, 2015. Image réalisée durant la résidence de l'été 2015, site de Cantercel © Manuela Marques

Le projet artistique de Manuela Marques

La résidence s'est déroulée pendant l'été 2015 et l'été 2016 sur le site de Cantercel (commune de La Vacquerie), un lieu qui a particulièrement touché Manuela Marques : « C’est un paysage de causses, d’une très grande aridité en été, composé d’épineux et de minéraux remarquables. Un site visuellement radical, avec une très belle qualité de ciel et de lumière. Ce paysage si particulier a constitué l’axe central de ma recherche artistique au sein de cette résidence. »

La démarche de Manuela Marques, comprend deux axes :

1- Observation/prélèvements et mise en scène

La photographie ci-dessus a été réalisée grâce à « une sorte de studio photographique en plein air, une construction constituée par un cyclorama1 et par une grande structure  sur roulette. Sur cette structure, sont installés des plexis-miroirs noirs, à partir desquels je photographie et je filme, jouant sur prise de vue directe et reflets des choses. »

Manuel Marques y met en scène végétaux et minéraux collectés au fur et à mesure de son séjour. Ces compositions sont appréhendées dans une perspective d’illusion optique. « Ainsi dans cette approche du paysage, il s’agit d’abord, de “faire avec” ce qui m’entoure et d’en interroger les multiples possibilités visuelles, interrogeant par ce biais là mon propre regard mais aussi ma relation avec ce territoire. »

2- Rendre compte

En contrepoint du premier axe, Manuela Marques a aussi travaillé à partir du paysage et de ce qui le dessine, ce qui le forme : terre, pierres, végétaux.

« C’est en pensant aux pièces découvertes dans le département de géologie du Musée de Lodève que ce deuxième aspect du travail a pris forme dans une approche photographique plus directe. Ces grands paysages naturels m’apportent un contrepoint nécessaire aux compositions récrées à partir des éléments le constituant. »

Résidence réalisée avec le concours de